24 avril 2012

Zone de turbulences....

Étreinte (Claude Vigée)
Après la zone fusionnelle arrive la zone de turbulences. 
La zone où l'on se détache, où l'on remarque chez l'autre ce qui nous agaçait, mais nous faisait sourire... 
Drogués à la dopamine, à  l'adrénaline, et à l'ocytocine... On a flotté sur un nuage de bonheurs renouvelés sans cesse...
Puis un jour, avec les aléas de la vie... arrive un évènement, peut-être deux ou trois et les hormones agissent avec moins d'intensité...
On constate alors à quel point notre couple est comme tous les autres. Parfois ordinaire, parfois extraordinaire... Mais rempli de quotidien... De courses à faire, de leçons à faire faire et de besoin de solitude ou de connexions. 
Notre couple est finalement comme tous les autres... 
Comment avons-nous pu croire qu'il serait l'unique et l'extraordinaire?
Arrivent alors les déceptions. Le sentiment que la vie ne tient pas ses promesses qu'elle met des bâtons dans les roues du bonheur...
Arrive alors la réalité. Notre couple n'est ni meilleur, ni pire d'ailleurs que ceux qui transitent dans notre décor... Il est. Point.
Il faut alors regarder l'autre comme il est. On a embelli certains angles, on en a omis d'autres... 
Ce qui est bien, c'est quand le regard sur les angles plus obtus est encore un regard amoureux. Être amoureux c'est aussi aimer la personne dans ce qu'elle a de défauts ou de travers. 
Il faut maintenant passer ces zones de turbulences dans l'amour, le respect et apprendre à se découvrir dans nos défauts aussi. Apprendre à apprivoiser ces nouvelles perspectives.
Il est si facile d'aimer quelqu'un qui nous idéalise, qui nous visualise comme étant une des merveilles du monde...
Et vice-versa...
...
Le baiser de Rodin
Arriver à se dire que la destination de notre peau, de nos coeurs et de nos délires passe aussi par cette route moins agréable, plus cahoteuse...
Trouver l'équilibre entre les creux, les montées et le calme plat de la vie au quotidien...







1 commentaire:

Spiruline a dit…

C'est tout l'enjeu de la vie à deux, savoir dépasser la fusion. Je m'en méfie comme de la peste de la fusion, elle ne me séduit pas, elle est enfermante. C'est tellement plus enrichissant pour l'autre et pour le couple de s'ouvrir au monde. Je vous souhaite plein épanouissement sur cette nouvelle voie :-)