10 février 2011

Et que court l'hiver

Aujourd'hui, pas de photos.
Je ne trouve pas d'images neuves.
D'images nouvelles pour illustrer mes propos.
Je suis en panne d'image.
Probablement l'hiver qui ne m'inspire guère en ce moment, contrairement à la belle Spiruline qui s'amuse ferme avec cette saison qui sait être magnifique.
Mais voici comment je me sens, ce qui se passe avec moi.
Question de continuer d'écrire... En attendant l'inspiration!


___________________________


Pendant que l'hiver s'amuse à ressembler au printemps par la douceur de l'air sur ma peau, mais reste tout de même fidèle à lui-même en nous déversant des milliers de flocons sur la tête, le reste du monde continue de tourner et tourner encore.
Ici et là les gens se soulèvent parce qu’ils ont faim, parce qu’ils ont soif. Parce qu’ils aiment à penser que ça pourrait être mieux. Beaucoup mieux! Ils le pensent avec raison!
Chez nous, les ados se rebellent et revendiquent aussi. Mais sans faim. Mais sans soif de rien d’autre, que de revendiquer.
L’envie de leur crier à tue-tête de se trouver une cause est bien présente en moi! Mais je résiste.
Je résiste, car bien que non cruciale pour le changement du monde, ils en ont une cause! C’est celle de grandir et de s’obstiner! Grandir et se quereller avec une multitude d’hormones qui envahissent leurs émotions et les font devenir parfois des hérissons, parfois petits bébés avec des besoins criants, mais surtout prioritaires!
Parfois difficile de les prendre au sérieux, quand on voit leur assiette remplie tous les soirs et qu’on observe leur agenda bien chargé de loisirs, leur carnet remplit d’amis à la tonne et de savoir qu’ils ont des parents présents. Il est souvent bien incompréhensible de les voir se débattre autant avec tous les outils qu’ils possèdent. Je trouve qu’ils recherchent bien souvent les difficultés là où il pourrait y avoir tant de facilités!


Difficile de voir Lo, qui bloque devant une scolarité que bien des Indiennes profiteraient avec plaisir, entrain et curiosité… Si elles en avaient la possibilité.


Irritant de voir la belle rousse s’asseoir sur ses talents immenses en attendant que jeunesse se passe.


Enrageant de regarder Oli se gratter le nombril quand il porte en lui des réserves d’idéaux et de rêves pour changer son monde, sinon le monde!


Exaspérant de voir petite intrépide essayer des les imiter, car les autres sont tellement « cools » d’être aussi grands!
...

Avec tout le brouhaha de la vie qui passe, il est si souvent difficile de garder le focus sur le plaisir et sur les intentions amoureuses. Vive la famille reconstituée!
Mais on y arrive.
Avec beaucoup d'humour, avec beaucoup d'amour...
La main de Mister qui joue avec mes cheveux est souvent la bienvenue pour remettre mon sourire bien en place. Pour détendre mes épaules qui prennent pour eux toutes ces tensions accumulées...
Nos discussions loufoques ou philosophiques qui aèrent l’esprit et le cœur. Le plaisir de se retrouver tous devant un bon repas, un Scrabble ou une œuvre d’art est intense, palpable et ravigotant!
Je ne changerais rien à ce que je vis.
Ah oui... À bien y penser, je changerais quelque chose.
J’ajouterais du temps.
Du temps pour respirer doucement, lire tranquillement et du temps pour m’étirer dans mon lit avec le soleil qui chatouille mon petit nez…

3 commentaires:

Les Réflecteurs a dit…

Je vais essayer de prendre une image qui saurait t'inspirer :)
Je t'aime

Anonyme a dit…

Ah mon amie...
Je souhaite que ton monde s'apaise pour te laisser un peu plus respirer.
Prends soin de toi ma belle,
Julie XX

Nanou La Terre a dit…

Enrageant, oui, choquant, oui, mais, à nous de développer notre patience et de leur faire confiance. Ils manquent d'expériences, ils sont jeunes et se cherchent une vraie identité qu'il vont assurément trouver un jour.
En attendant,faut se rappeler qu'on doit prendre au vol les petits bonheurs simples, comme ces soirées en famille, pendant qu'il passent!