21 février 2011

en fer et en béton

Je suis possessive de cette construction massive. Dès que sur l’autoroute je l’aperçois, je me sens enfin chez moi.



Par une troublante contorsion de l’esprit ce pont pour moi, n’amène que vers Montréal. La ville y est si belle vu de loin, derrière ses « montagnes » de fer! Je sais qu’il m’amène aussi vers mon cocon, mon lit, mon chez-moi, sur la Rive-Sud de l’île… Mais, il arrive à m’émouvoir que pour l’idée de Montréal qu’il amène en moi.


Ce pont, c’est celui de la fête!Le pont des cafés, du cinéma et des ballades en amoureux ou avec les amis.


C’est le pont qui ferme tous les samedis de l’été pour que les marcheurs y prennent place, afin de voir le ciel s’illuminer de mille feux d’artifice!
C’est le pont où, avec Mister, mon cœur, on a franchi le cap des peurs diverses. Celui où on s’est tenu par la main, en se disant que nous serions là l’un pour l’autre.
C’est le pont des fantasmes et des rêves à venir, à construire!


1 commentaire:

Spiruline a dit…

Un pont entre deux mondes, entre deux vies, entre la personne que l'on a été et celle que l'on sera, comme un immense trait d'union, comme une promesse... Je crois que l'on en a tous un au fond de nous... Le tien a l'air fort et solide, comme un gage de réussite pour l'histoire chère à ton coeur!