04 novembre 2014

Dehors novembre...

Les jours sont plus courts.
La noirceur plus noire.
Les envies de dormir plus pressantes.
Le moral plus vacillant.
Pas de doute!
Novembre est là!
Je le ressens dans mes épaules, qui sont toujours plus douloureuses à cette période de l'année, comme si les tendinites reviennent à l'assaut à l'automne après m'avoir donné du répit tout l'été...
...
Je commence à sentir la folie du temps des fêtes monter en moi.
Le stress de faire plaisir à tout le monde que j'aime et aussi le stress de ne pas oublier les gens de qui je suis moins proche, mais qu'il serait non "politicaly correct" d'oublier...
Je me sauve dans Pinterest en imaginant tous les bricolages, les idées décorations et surtout toutes les recettes que je pourrais faire... En me demandant quand je prendrai le temps de faire tout ça!
Je me trouve presque mignonne à rêver comme une enfant à la "magie de Noël"...
Pour l'avoir inventé, fait vivre à mes enfants pendant très longtemps, je sais que dans cette magie contient énormément de travail et de temps!!!
...
http://www.consciousartstudios.com/GourdStoneCanvas.html
L'automne, c'est aussi le repli sur soi.
J'en profite pour faire un bilan.
Ça fait 5 ans que je vis en tribu, dans cette famille recomposée qui a tellement évolué depuis le début!
Je regarde ce qui va bien, ce qui m'énerve et ce qui pourrait vraiment être changé.
Je constate que la vie de couple n'est évidente pour personne, que chaque couple a ses défis et qu'on a le choix de les relever ou de s'en aller.
La fuite semble souvent l'option la plus choisie.
C'est la plus facile à tout le moins.
Je dois être d'une autre époque.
J'ai toujours pensé que la durée dans la vie à deux offre des opportunités de croissances et de développements intéressantes...
J'ai pensé que l'amour pouvait tout porter.
Est-ce l'automne, mon âge, mes hormones ou juste l'endroit où je me trouve actuellement dans ma vie, mais je sais que l'amour ne suffit pas toujours. 
Avec l'amour doivent venir la volonté, l'acceptation, la résilience et l'ouverture...
Se tenir la main à deux n'est pas chose aisée, surtout quand tout semble vouloir se braquer, que tout va trop vite et surtout que les événements ne semblent pas vouloir ralentir, laisser une pause, une accalmie.
...
La quarantaine, cette fameuse période de questionnements au mi-temps de la vie.
Sommes-nous sur la bonne route?
Avec les bonnes personnes?
Les amis qui ne suivent plus, les amis qui suivent encore, qui reviennent, ceux qui sont partis sans que l'on comprenne exactement pourquoi. Les nouvelles personnes qui prennent une place énorme et qui font un bien immense, qui donnent une bouffée d'air à notre vie!
...
L'homme que j'aime que je perçois maintenant dans toute sa complexité, loin du "buzz" hormonal du début... Qui doit lui aussi me percevoir tel que je suis. 
Nous ne sommes plus drogués, mais en pleine conscience.
Et voilà que c'est en pleine connaissance de cause, que l'on se trouve sur cette route vallonneuse et cahoteuse de la vie à deux et en tribu.
Je veux profiter de ce mois où la lumière se tamise pour prendre le temps de contempler ma vie, la choisir encore et apprécier les cailloux sur ma route...
Et surtout, surtout... De percevoir la lumière qui passe entre les branches d'arbres dénudés de leurs feuilles!
...
Et vous le mois de novembre... ça va?

3 commentaires:

Nathalie-Nicole Deneault a dit…

Doux novembre... Pour moi, ce mois est synonyme de douceur... Il fait un plus froid, un peu plus noir... Un temps idéal pour offrir des petites douceurs sucrées, salées... À soi, à nos proches, à nos connaissances, à des inconnus... Faire de ce mois un doux instant, ne serait-ce pas fantastique? Très beau texte Julie! Toujours une aussi belle plume...

Julie Laluna a dit…

Merci Nathalie-Nicole!
J'ai justement envie de m'enrober de douceurs et de prendre un soin jaloux de ce qui est beau autour de moi...
Merci de me lire.
ça me touche beaucoup!

NanouB a dit…

Contemple la ta vie... et apprécie la...

tes descriptions sont si réelles et justement vues..

On en peut conseiller personne
je peux juste dire que moi, je me suis mariée si jeune , folle amoureuse depuis toute petite de mon homme... eh oui ! et bien vers la quarantaine , je ne pensais plus qu'à tout larguer, pensant être passée à côté de tant de choses ...

L'amour était toujours là, très fort, mais bien sûr différent ...

Et puis ma fille a eu 17 ans et là patratas, un gros gros problème , on a relevé les manches, on a affronté ensemble , ce mot si beau ENSEMBLE ! je suis restée ... et je ne l'ai jamais regretté. j'ai compris qu'ailleurs, ce ne serait jamais : chez moi ! que c'était là que j'étais bien et qu'il fallait cesser de croire que l'herbe est plus verte dans le jardin d'â côté...Et aujourd'hui , j'ai la soixantaine heureuse et toujours amoureuse, de cet amour adouci qui ne se pose plus de questions, mais qui a su faire des concessions mutuelles..

je souhaite que tu vives plein plein d'automne avec lui :-)