04 décembre 2014

Cette année j'ai appris... (entre autres...)

Voilà...
C'est aujourd'hui, 4 décembre que commence mon bilan.
Je pourrais faire une liste des bonnes et moins bonnes choses de l'année 2014, mais je vais plutôt tenter de tourner en positif, même les choses les plus pénibles qui me sont arrivées (malheureusement il y en a eu...)
C'est aujourd'hui que ça commence.
Pour les amateurs du genre... ("OU PAS", comme dirait mon grand Oli de 19 ans!)
...


Cette année j'ai appris plusieurs choses, mais LA chose la plus importante est celle-ci : 

la façon dont les gens nous traite ne parlent pas de nous, mais d'eux

Quand les gens en qui tu as placé ta confiance, avec toute ta candeur et avec qui tu t'es ouvert totalement te blessent au cœur de ton être, au fond ils ne parlent que d'eux. Leurs souffrances, leurs laideurs sont si grandes qu'elles englobent tout leur être et bien qu'ils essaient de t'enlaidir aussi, ça ne les regarde qu'eux-seuls, alors ça ne fonctione pas. 
On n'est pas vilain parce qu'on côtoie quelqu'un qui l'est. On en a juste l'impression. Quand j'ai compris ça, j'ai fais un grand bout de chemin. J'ai pu tourner dos définitivement à leurs laideurs, leurs aigreurs et leurs personnes... Ce n'était pas moi qui faisait trop confiance, qui était trop gentille, qui avait trop ouvert mon coeur et mon âme, ce sont ces personnes qui en ont abusé et qui m'ont blessé. Je lèverai mon verre le 31 décembre et leur souhaiterai tout ce qu'ils méritent et je me souhaiterai aussi ça.
Ce que je mérite... Rien de moins!
...

J'ai aussi appris ceci :

Que je suis beaucoup plus solide que je ne le croyais

Je suis faite de force et de résilience. Je le percevais dans mon histoire de vie, mais là je le sais! Quelle différence ça fait! C'est bon et intense comme sensation, comme compréhension. C'est un bon apprentissage.
...

Et ceci aussi :
Quand j'aime une fois, j'aime pour toujours

Je suis une personne fidèle et loyale en amour. Je crois en la durée dans les épreuves, je pense qu'à deux, quand on se tient la main, on arrive à traverser les ponts, même lors de tempêtes. Mais je sais aussi maintenant où se trouvent les limites, le cadre dans lequel je veux voir évoluer cet amour et je sais maintenant où se trouvent les portes et les fenêtres pour voir le soleil entrer et prendre l'air. Je sais que la seule personne avec laquelle je suis certaine de passer le reste de ma vie, c'est moi. Je me mets donc au centre de cet amour et j'ai décidé de m'accorder du temps, de la valeur et de me faire confiance... Ce qui ne pourra qu'ajouter du positif dans notre vie amoureuse.
...

Et aussi ça :
Les vrais amis...

Ouais... C'est cliché, mais vrai! On ne les compte que sur les doigts d'une seule main. Et qu'il faut en prendre soin, malgré la distance, la vie qui court vite et tout et tout. Mais que prendre soin c'est aussi laisser de l'espace, et apprécier les instants que l'on partage, même s'ils n'arrivent qu'une fois l'an. Ce n'est pas dans la fréquence, mais dans la qualité des échanges... Je veux continuer à cultiver le bonheur de vous côtoyer, vous mes "non jugeant", mes "acceptant", mes "toujours là"... Vous vous reconnaissez!
...

Et encore ceci :

Je suis une créatrice

J'ai besoin de bulles de créations dans ma vie! Derrière les fourneaux, devant mon écran, avec des aiguilles ou un crochet et des bouts de laines ou de coton. J'ai besoin de ma Nikon, de prendre le temps de flâner et d'inventer... Il faut que je cesse de le nier et que je lâche l'ordinateur pour n'être que spectatrice du talent des autres! Allez, je dois me donner un coup de pied où vous pensez...
...

Bon ça suffit comme première journée de bilan...
Non?
Et vous...
Qu'avez-vous appris en 2014? 

4 commentaires:

L'impulsive montréalaise a dit…

Je ne suis pas certaine de ton premier... Peut-être suis-je dure envers moi-même, mais je me dis que si plusieurs personnes me font mal de la même façon, ça en indique aussi sur moi. Et de n'est pas une idée facile à explorer... Car ça peut indiquer bien des choses. Y compris des laides.

Julie Laluna a dit…

Je suis dure aussi, mais dans ce qui m'est arrivé cette année, mis à part mon ouverture et ma candeur, je n'ai pas eu grand chose à me reprocher... J'ai donc du comprendre que si je voulais rester moi-même et ne pas jouer de games... Il ne fallait pas que je me replie sur moi-même et me referme, mais bien que je comprenne que la personne qui m'a tant blessée, l'a fait pour répondre à ses propres blessures, pour tenter de se soulager elle... donc c'est de sa "merde" qu'il s'agissait, pas de la mienne...
Mais je trouve que tu as raison impulsive... Dans chaque situation on a quelque chose à changer, à explorer...
Habituellement je suis très bonne dans l'autoflagellation... Mais cette fois-ci... Juste non.
J'espère que tu vas mieux!
xx

Marie a dit…

Bonjour Julie ! Tu as tellement raison ! C'est vrai que trop souvent, ceux qui nous font du mal 'tapent' en général sur ce qui leur manque tant à eux. J'ai eu une collègue, il y a de cela de nombreuses années, qui semblait visiblement détester tout ce que j'étais. J'avais l'impression de ne jamais trouver grâce à ses yeux. Au point ou, après un court arrêt de travail avant qu'elle n'ait ma peau, j'avais renoncé à mon poste pour en occuper un moins intéressant, juste pour ne plus travailler avec elle. Mais au dernier moment, elle a annoncé qu'elle avait trouvé un nouvel emploi dans une autre entreprise. Au moment ou elle est partie, j'ai décidé de faire le contraire de ce que j'aurais eu envie: l'envoyer promener. Au contraire, je lui ai offert un immense bouquet de fleurs. Ma surprise a été de la voir complètement sciée avec ce seul commentaire que j'avais été gentille jusqu'au bout.
Je ne l'ai jamais revue mais j'ai compris alors que ce n'était pas moi qu'elle n'aimait pas mais plutôt ce qu'elle voyait en moi qu'elle ne croyait pas avoir. En demeurant moi-même, malgré elle, j'avais gagné au final.
Une longue histoire pour te dire que c'est facile de se remettre en question en raison du comportement des autres à notre égard. Alors qu'en réalité, ces personnes nous envient tout simplement parce qu'elles croient que nous avons ce qu'eux n'ont pas. Ça se résume par un manque de confiance en elles. C'est juste triste au final !
Je te souhaite de prendre ta place en 2015. Parce que ce n'est pas en prenant notre place qu'on enlève quoi que ce soit aux autres ;-)

Marie

Pierre Forest a dit…

Très lucide, tout ça. L'année 2015 s'annonce bien.