17 mai 2013

file le temps...


Quelques percées de soleil, un vent frais.
Les oiseaux chantent toujours tous les matins, comme si c’était leur dernier matin du monde!
Les chats qui s’étirent et qui se font la toilette tranquillement, l’air de rien, tout en observant les environs.
La corde à linges vides, parce que pas d’énergie pour la remplir le matin avant d’aller travailler.
Le pommier qui s’est vêtu de rose crème.
Les ancolies qui sont à la veille de poindre et de démontrer toute la beauté dont elles sont capables.
Le temps file.
À la fois trop lentement et trop vite!
Trop lentement au travail, trop vite à la maison.
Au travail : Un vent de coupures fait rage dans le secteur public et ça commence à se ressentir sur la fatigue des troupes et sur le moral de tout un chacun.
Je travaille dans un secteur très bien géré, mais nous subissons les foudres du ministère quand même et nous devons apprendre à faire encore plus avec beaucoup moins. C’est dans mon secteur d’emplois que ça se fait sentir le plus, parce que tous les autres secteurs sont protégés par la Loi sur l’instruction publique. Au bout du compte, c’est encore le service aux enfants qui va écoper et c’est ce qui m’attriste le plus. J’aurais été moins fâché, si le gouvernement avait coupé autant au privé qu’il le fait au public. Ce n’est pas la réalité. Alors, voilà. Le temps s’étire sur les faces longues et sur les appels de parents mécontents… Je me sens encore une fois bien impuissante, l’impression de faire face à une vague d’opinions publiques mal renseignées et surtout sur un vent de droite qui mène notre bateau vers de ports où il faudra colmater et non régler les problèmes de structures… M’enfin!
À la maison : Mon fils s’en va bientôt. Le temps passe vite et je voudrais passer tout mon temps libre avec lui, mais il a l’âge qu’il a et lui il avance vers sa vie d’homme. Papiers de CÉGEP en main, ses rêves d’habiter la grande ville et le désir d’émancipation… Les ailes lui poussent au cœur et c’est réellement pour ça qu’on éduque nos enfants, n’est-ce pas? Afin que des ailes fortes et solides les amènent vers leurs projets propres. Mais c’est allé trop vite! Il était mon petit loup, mon petit poulet il n’y a pas si longtemps! Maintenant je lève le regard par en haut pour le saluer le matin! Je le vois manger ses céréales avec une barbe pas faite! Dur!
Question santé…
Pas eu la mammographie encore. J’en suis encore à l’étape de palpation de ma poitrine tous les matins. Je ne les ai jamais autant observés que maintenant. Du plus loin que je me souvienne je me suis battue contre cette poitrine! Trop comme ci, pas assez comme cela… Là ils ressemblent à ce qu’ils doivent. Ils ont la quarantaine comme moi. Ils sont donc plus « soyeux », une douceur du temps qui passe peut-être??
Je suis juste épuisée en ce moment et c’est ce qui m’inquiète le plus. Une fatigue qui ne me quitte que le temps de me lever le matin. Très vite je retombe en état de vouloir dormir ma vie! Sans humeurs dépressives. Juste fatiguée! Cette fatigue me chicote encore plus que mes seins et leur « collier de perles » intérieur… C’est ce qui vient dire à mon cerveau que je dois être malade…
M’enfin.
Voilà… Je partage avec vous ces petits trucs sommes toute, personnels.
Je sais que vous me lisez.
Je sais que parfois parler à du monde qu’on ne connait pas, peut s’avérer puissant…
Je sais aussi que je ne suis pas seule à être fatiguée, à vivre du stress au travail, à m’ennuyer devant mon ordinateur. Je ne suis pas seule à me battre devant ma balance et mon frigo, je ne suis pas seule à vivre avec des enfants. Pas seule du tout. On est un régiment à vivre dans notre silo des choses banales, mais qui sont pour nous un monde. Notre monde!
Je vous lis avec assiduité. Souvent sourires aux lèvres, parfois avec une larme pas loin et souvent avec des fous rires!
Je vous souhaite une belle fin de semaine de trois jours! (pour la plupart d’entre vous!)
Moi je vais dormir et m’étirer comme les chats, chanter comme les oiseaux et lire… Oh oui lire!!!

9 commentaires:

L'impulsive montréalaise a dit…

J'ai comme une petite larme, un petit sourire et une grosse envie de t'envoyer plein d'amour en te lisant.....

Je sais qu'on se connaît pas... mais tsé, on se connaît, non.

Câlin, câlin.

Anonyme a dit…

Ca fait du bien de te lire mon amie Julie. T'es pas seule ! Nos rencontre sont repoussé mais je peux toujours lire ta très belle écriture.

Bisous & sourires & calins

Eric

Petite libellule a dit…

Dommage qu'on ne puisse pas prendre congé des aléas de la vie en période de grande incertitude comme celle-ci... Normal que tu sois épuisée, c'est énergivore les inquiétudes. Repose-toi bien ce week-end. On reste branchés aux nouvelles. xx

Cora Chelté a dit…

Oh que ton texte me fait du bien!! Après l'avoir lu, je me suis dit que je n'étais pas seule. Alors, toi non plus….

Ton texte dit exactement ce que je voudrais écrire…

Au travail, dans ma vie en général, je ressens présentement une lassitude, des questionnements… Puis, mon corps réagit. J'ai hérité d'un rhume alors que je n'ai pas été malade de l'hiver…

Je suis avec toi. Je t'envoie des ondes positives. Tu n'es pas seule.

Nanou La Terre a dit…

Chère Julie,
et moi je t'envoie toute l'amitié du monde et une grande, immense bulle de protection invisible pour toi afin que tout se passe bien et que la maladie s'envole, si elle y est...xxx
Tendresses infinies xxx

Michèle a dit…

Je te souhaite du bon temps. Et je te trouve généreuse de nous partager ta vie. J'ai l'impression que je viens lire ici un genre de journal intime. C'est secret et précieux.

Et soudainement, on se sent un peu moins seule...

Fleur d'âme a dit…

Bonsoir Julie,

J'ai quitté la ville ces derniers jours et j'ai pensé à toi... Pourquoi, je le sais guerre. Il y avait tant de pommiers et de lilas en fleurs, je me disais que tu pourrais faire de si beaux clichés. J'ai aussi, durant mes lectures, pensé aux âmes qui partagent ma vie, de près ou de loin... des énergies vibratoires! Et j'ai connecté... simplement à ta poésie.

Reposes-toi, si c'est ce que ton corps te demande. Fais-le pour toi!

Je t'envoie une tonne d'énergie!

Julie Deblois a dit…

Comme vous êtes toutes si gentilles!
Vos mots m'ont accompagnés en fin de semaine et toi Fleur d'âme...
Oui, souvent je la sens moi aussi cette connexion.
Fou hein?
Merci en tout cas de votre visite et de vos "non silence", même si moi je le suis un peu plus sur vos blogues respectifs!
:)

Marie a dit…

C'est tellement vrai que le fait de parler à des inconnus, étrangement, ça nous libère parfois du poids d'avoir à faire comme si tout allait bien ! Parce qu'on sait bien qu'on est des dizaines et des dizaines comme ça. Je t'envoies donc tout autant de bonnes pensées. En espérant qu'elle te donnent un peu d'énergie !

Marie xx