17 avril 2014

Citation du jeudi

"Parfois lâcher prise est un acte plus puissant que se défendre ou s'accrocher"
(Eckhart Tolle)


Devenir mère a été pour moi un grand choc!

J’avais 20 ans, je n’étais absolument pas préparée à toutes ces émotions qui sont montées en moi! Je n’avais pas eu la chance d’avoir une enfance magique et remplie de beaux souvenirs, alors j’ai avancé dans la maternité avec plus de peur et de souffrances que de bonheur et d’abandon.

J’ai voulu tout donner ce que je n’avais pas reçu et j’ai tant voulu que mes enfants eux, n’en voulaient plus! 
C’est dire! 
Et moi, au lieu de comprendre que je devais agir dans le présent, je guérissais le passé. Le mien.

Bien entendu il y a eu plusieurs confrontations et surtout beaucoup de discussions sur leurs besoins et aspirations et les miens pour eux! 
Ma belle Lo en rebelle qu’elle est, en artiste du chaos et du bonheur éparpillé a su me faire comprendre assez tôt qu’elle n’était pas moi et qu’elle ne souhaitait surtout pas le devenir! Elle est née avec tous les talents que j’admire chez une personne : elle dessine des mondes imaginaires merveilleux, elle crée des objets toujours plus beaux les uns que les autres, elle sait coudre même sans le savoir, elle est charismatique et s’intègre parfaitement partout où elle passe. Existent en elle tous les tourments, tous les revers de ses beautés qui illuminent ma vie et celle ces gens qui l’entourent…

Longtemps je me suis battue contre la vie, les pronostics et le diagnostic. Et un jour, j’ai cru avoir lâché prise. Je me suis trouvée bien bonne, peut-être même assez pour donner des conférences, des conseils…. Ah comme la vie m’apprend à devenir humble! Je suis en train de réapprendre à lâcher prise, à la regarder aller, à l’aimer dans ses tourbillons endiablés. À me tenir disponible pour quand ça fera mal. Pour l’instant, le tourbillon tourbillonne dans les sourires et les faux-semblants… La réalité rattrapera et à cet instant je serai là. Dans mon humanité et dans tout mon amour de mère qui ne comprend toujours pas, pourquoi l’amour ne suffit juste pas. Pourquoi les encouragements et le talent ne suffisent tout simplement pas.
Je n'arrive pas à trouver le crédit pour la photo...
Quand je regarde mon bel Oli, c’est facile de lâcher prise. Il est certes lent d’action et de prise de position, mais il est dans l’action positive. L’action saine. Aussi sain que l’on puisse être quand on découvre les joies et libertés de nos 18 ans et des années de CÉGEP! Facile le concept de faire confiance, d’ouvrir les bras pour laisser filer ce beau jeune homme. Inquiète je le suis certainement, j’ai peur qu’il ne fasse des rencontres tristes d’amours vaines… Mais je sais qu’il est solide et bien ancré dans la vie, sur la terre ferme. Je ressens au fond de moi qu’il a la puissance pour affronter la vie dans le bonheur.
Alors mon constat?
Bien que lâcher prise soit plus puissant que de s’accrocher et de vouloir trop pour l’autre… C’est bien plus facile quand ça va bien que le contraire…

Et bien que j’y arrive quelques fois, le plus souvent je chercher encore comment faire!

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Un texte qui parle, des mots enchaînés l'un à l'autre magnifiquement...Un constat de cette réalité connu, partagé, vécu par tant de nous xxx

NanouB a dit…

Le début de ton récit est le même que le mien , j'ai été maman à 19 ans après une enfance et adolescence douloureuse

J'ai parait-il aujourd'hui TROP aimé mes deux filles...Je cherche encore à savoir ce que veut dire TROP aimer ses enfants

Et lâcher prise... ah là là, combien de fois me le dit-on, j'essaie souvent d'appliquer mais ....

Ce que tu écris bien

J'avais deux blogs avant celui qu e je possède aujourd'hui. j'y ai tant donné de moi... Aujourd'hui je redeviens hyper PUDIQUE.. parce que j'ai eu mal par blog...

Je reviens doucement ...

Amicalement
nanouB

Julie Deblois a dit…

J'y vais pour ma part avec parcimonie...
Un peu de n'importe quoi et au travers, des choses plus personnelles...
Pas toujours facile de s'ouvrir et d'accepter que lorsque l'on s'ouvre tout peut arriver, les belles et les moins belles choses!
:)
Merci de me lire!
xx

Élise a dit…

Quel beau texte, Julie. Il est vrai que le test du lâcher prise, il se fait dans les moments douloureux. Quand tout va, on a peu de choses à lâcher. J'ai passé du temps à te lire, ce soir. Ça m'a fait du bien.