10 septembre 2010

nostalgie

Croquées au Jardin de Métis, Gaspésie
Quand j’étais petite, je prenais les pistils de ces fleurs et je les passais sur mes paupières, qui se coloraient alors en orange.



Maquillage de petite fille rêveuse, solitaire.


À toutes les fois où je les vois fleurir maintenant, ces lys tigrés (est-ce vraiment leur nom d’ailleurs...), j’ai une envie folle de me faire une tête de petite fille et d’avoir du orange sur les paupières.


Mais ça ne cadre pas bien avec mon teint.
                                                      Bonne fin de semaine.

2 commentaires:

Les Réflecteurs a dit…

Quoi?
Un rêve de jeune fille, qui s'éteint, pour une histoire de femme insatisfaite de son teint?

Jamais, de toute ma vie de Casanova (hum) je n'ai croisé de femme qui soit satisfaite de son corps.
Alors soit!
Ce teint déteint sur vos rêves candides, sources de votre habileté à jouir de la vie???
Pourquoi ne pas s’en servir comme fard?
S’en couvrir!
Peut-être que ça pourrait être moi, votre amoureux, qui s’en couvre 
Et nous rirons à gorges déployées, faisant sourire les passants, contaminés par l’amour et la joie, car il n’y a rien de plus contagieux qu’un vrai fou rire!!!
Contagieux et magiques.
Car plus que jamais, dans les grandes villes, le besoin s’en fait sentir!
C’est une bonne action pour l’âme, et tous ceux qui savent encore se laisser toucher…

XXX⁶⁹

Nanou La Terre a dit…

Et pourquoi ne pas le faire alors, tu en as tellement envie!

les jardins de métis, c'est si beau...

Bonne semaine à toi!