09 septembre 2010

À Ste-Flavie...

Il existe sur la 132, un homme qui fait face à la mer, aux durs vents d'hiver. C'est un artiste.
Il a inventé pour meubler les grands espaces un peuple qui se rassemble sur la grève.
Des êtres qui sortent de l'eau et avancent vers un endroit indéterminé, les uns derrière les autres.
À la marée haute, on ne voit que leurs têtes et à la marée basse... Ils existent, entiers.
On peut les visiter.
On peut les toucher.
.
Voir les gens s'y promener, toucher, enlacer ces êtres qui semblent converger vers un point précis, inconnu de nous tous. Simples visiteurs d'un temps.
Étrange cette vision d'enfants, d'adolescents, d'adultes, de chiens et de personnes âgées, qui se promènent au gré des marées au centre de ce peuple de l'eau.
...
Cette vision de l'artiste Marcel Gagnon s'appelle le grand rassemblement.
...
Je ne regrette pas que nous nous soyons arrêtés, intrigués par ces sculptures.
Parfois, même pressés par le temps, par des objectifs, il est bon d'avoir les yeux tout près du coeur et de se laisser toucher par la poésie des uns et des autres.

2 commentaires:

Spiruline a dit…

Je trouve l'idée et la réalisation très belle. Bon w-e!

Laluna a dit…

C'est magique en personne.
Si un jour, tu viens au Québec, je te le recommande !
bon week-end à toi aussi !