23 janvier 2013

bonheur simple d'hiver

http://nidish.unblog.fr/2008/06/05/aphorisme-pensee-du-jour-de-sri-chinmoy-39/

Un froid qui colle les narines sur l’arrête du nez, les pas qui crissent dans la neige et les oiseaux qui n’ont même pas la force de chanter. Un collègue qui a travaillé au Labrador est arrivé sourires aux lèvres ce matin. Ce temps froid lui rappelle de bons souvenirs. Moi j’aime le froid d’hiver, qui permet de lever le foulard jusqu’en bas du nez, de sortir mes mitaines les plus chaudes et qui rend utile le capuchon si beau, de mon manteau. Mais je suis une privilégiée. Je n’attends pas au coin de la rue, un autobus en retard. Je ne dors pas dehors non plus.
Même que ce matin sous la couette il faisait si chaud qu’on a dû retirer un couverture pour être biens ensemble collés, dans cet état qui oscille entre l’éveil et le début de journée et les rêves et le bien être d’être encore dans un cocon tout doux, chaud et ensemble!
Mais vite vite!
Il faut se lever.
Faire le café (ça ce n’est pas moi, mais lui qui le fait!), prendre des nouvelles du monde en lisant La Presse, écouter les silences des ados qui mangent des céréales ou encore le bruit de leurs bottes sur le plancher (quoi? Tu marches encore avec tes bottes dans la maison? Bin oui t’as oublié quelque chose, mais tu devrais essayer de penser à tes choses et mettre tes bottes en DER-NI-ER…), etc.
Et bye bye-bang, bye bye-bang, bye bye-bang! (Oui 3 fois…) La porte se ferme derrière eux. Ayant chacun leur rythme, bien qu’ils prennent le bus scolaire en même temps, ils n’arrivent pas au coin ensemble… Soupirs…
Et ensuite?
Lecture en amoureux des chroniques chouchous… Soit c’est lui qui fait la lecture (parce que je dois faire mon lunch), soit c’est moi (quand j’ai tout fait la veille) pendant qu’il grignote son déjeuner.
Instant furtif de proximité, avant le départ au boulot.
Si ça ressemble pas au bonheur ça.
Ça ressemble à quoi hein?

6 commentaires:

Solange a dit…

Ça c'est savoir apprécier les petits bonheurs de la vie.

Spiruline a dit…

Quelle chance d'avoir un peu de temps à deux le matin. Moi je pars de chez moi à 6h45, donc pas le temps de rêvasser...

L'impulsive montréalaise a dit…

Les petits bonheurs, je veux bien.

Les joues rouges, le froid vivifiant, les crispements de neige, je veux bien.

Mais -10 ou -15 ! Pas vraiment plus que ça.

Surtout pas moins 25, ressenti, moins -35, -40. Nooooo. Y'a des limites à "aimer" ou du moins, bien endurer l'hiver ! Héhé !

Le dirigeable a dit…

Ahhhh, le caaaafé du matin.
Un bol chaud, un double cappuccino et du lait mousseux...

J'ai déjà hâte me coucher pour me lever et en prendre un autre :)

Julie Deblois a dit…

Quand le soleil se couche, le froid me rentre dedans avec moins de plaisir! Si ça te rassure chère Impulsive...
Spiruline...
Oui, c'est un bonheur de pouvoir partir plus tard, je ne sais pas si ça va durer, alors j'en profite encore plus!
Solange, j'essaie, j'essaie...
Et mister le dirigeable... Dirigez-vous dans notre alcôve, qu'on y fasse chaud! ;)

Grand-Langue a dit…

L'important c'est de réaliser que ces moments sont précieux!

Le bonheur n'existe que si on veut le voir.

Grand-Langue