22 novembre 2012

Je l'aime



Je devais dîner avec elle.
J'aime beaucoup!
Finalement… Je souperai peut-être avec elle.
Elle va, elle vient…
À son heure et dans ses intensités.
Je l’espère souvent, je désespère encore plus souvent.
Je tempête, mais rien n’y fait.
Je colère, mais ça la nourrit.
Je souris, elle ne me croit pas.
Elle sourit, c’est alors mon tour de ne pas y croire.
Ma main tendue n’est pas aperçue, parce qu’elle ne contient pas ses désirs, ses besoins du jour.
La sienne qui se tend renvoie bien souvent à nos tensions.
Chaque éclat de rire est un cadeau précieux.
Chaque moment délicieux est une perle à polir amoureusement.
Accepter c’est devenir disponible sans tout donner.
Accepter c’est aussi aimer ses zones d’ombres, ses parts de noirceurs qui la rongent.
L’aimer c’est accepter cette montagne russe qu’elle se fabrique de jour en jour.
L’aimer c’est rêver pour elle de soleil, de gaité et de légèreté.
C’est d’offrir ma main, même si elle ne la voit pas.
L’aimer c’est souvent souffrir un peu.
L’aimer c’est souvent aussi être éblouie par la finesse de ses beautés, c’est être fière des réussites qu’elle vit, c’est m’extasier en silence de tous les petits pas qu’elle apprend à faire.
L’aimer c’est de regarder toujours la lumière, pour lui montrer combien ça peut être beau et reposant aussi, la simplicité et la clarté.
Et parce que je l’aime… Je comprends aussi qu’elle n’aime pas elle, quand c’est trop simple!

7 commentaires:

Spiruline a dit…

Quel beau texte, j'aurais voulu l'écrire. Même si les mots recèlent des souffrances, ils révèlent aussi du bonheur, une infinie sensibilité et un profond attachement...

Fleur d'âme a dit…

Aimer n'est pas toujours simple... aimer c'est aussi vivre, respecter, apprécier, pardonner, ... attendre.

J'aime ton texte.

Élise a dit…

Un texte d'une maman qui parle de sa fille. Si je me trompe, je crois que ce n'est pas très grave. Pour moi, il convient tellement au duo mère-fille! Il est plein de sagesse, de compréhension, d'ouverture. Il est plein du chemin parcouru - et qu'il me reste à parcourir ;-)

Nathalie a dit…

Comme c'est beau... Je reconnais cette danse que je commence à vivre avec mon ado. Merci pour cette poésie.

Michèle a dit…

Très bien écrit. Tu le liras à ta fille?

Laluna a dit…

Oui @Spiruline! On s'attache à ces "petites bêtes là"! ;)
Et @Fleur d'âme, j'apprend tous les jours à aimer mieux depuis que je suis une mère, ce genre d'amour qui se doit d'être lucide tout en étant inconditionnel, je n'aurais pas su le faire avec d'autres types de relations, qui sont il faut l'avouer, plus facile à mettre à off!
Oui @Élise, c'est bel et bien de la relation mère-fille qu'il s'agit ici... Tu as bien lu.
@Nathalie, j'aime l'idée de la danse dans cette relation. Je dirais que ma fille et moi dansons souvent le tango ou le flamenco... Nous sommes intenses!
@Michèle : Non, pas encore... Mais elle connaît ce blogue, elle pourrait y passer par hasard... Mais j'en doute...

Gin a dit…

Aimer nos enfants c'est aller au-delà de notre amour...et le vivre pour eux!