04 novembre 2012

Raisins en dégustation!

Il y a d'une part cette partie du bon temps qui part vers le temps froid, les temps durs. Et cette part de beauté qui foisonne même dans le gris d'un automne qui oscille entre la pluie, de petits flocons et de vents parfois si doux, qu'on hésite à croire que l'hiver est si près de notre porte.

Il y a ces lueurs de bougies qu'on allume de plus en plus tôt le soir, avec lesquelles on se réchauffe le coeur et le sourire. Chandelles qui savent adoucir un grain de peau, qui fait chuchoter les bavards et qui assoupie les fatigués. Il y a aussi ces longues minutes sous la couette à juste rêver ou encore à regarder ce livre qui nous appelle toujours mais qu'on ne termine jamais. On ne sait pas au juste si c'est parce qu'il ne nous plait pas, ou simplement parce qu'on fait durer le plaisir des phrases un peu trop alambiquées. 


Il y a aussi mon amoureux par un matin frisquet en boxeur short, bottes de pluie, manteau chaud et casquette qui sort pour croquer le plus doucement possible ces merles d’Amérique se gavant des grappes de raisins encore sur la vigne qui pousse sur la brique de la maison. Ils se gorgent de saveurs sucrées et énergisantes. Pour le grand plaisir de cet homme et le mien!

6 commentaires:

Grand-Langue a dit…

Très belles photos, d'une grande simplicité et d'un grande inspiration.

Grand-Langue

Laluna a dit…

Mon homme a l'oeil et la patience d'attendre le bon moment pour faire clic... Je suis disons-le, beaucoup plus impulsive!
Merci de ta visite et de ton commentaire!
:)

Élise a dit…

Wow, quelles belles photos! J'ai d'abord pensé que la première était une peinture animalière. Je continue de la regarder et j'ai encore cette impression! Peinture? Photo? C'est vraiment sur un fil...

Les Réflecteurs a dit…

Merci :)
@Élise,
Tu as raison, je pense la même chose...
Elle ressemble beaucoup à une peinture. Il serait probablement plus juste de dire que certains peintres animaliers sont tellement bons, que leurs peintures ressemblent à des photos.
Cependant, c'est là le paradoxe du goût et de la technique.
L'art déforme parfois la réalité pour nous toucher. Si l'art devient réalité, je pense qu'on passe à côté de quelque chose.
C'est un jeu d'ouverture et de vitesse d'obturation. En ajoutant que les appareils photos d'aujourd'hui compensent beaucoup à l'aide de traitements numériques pour augmenter la qualité des photos, on obtient parfois ce genre de résultat qui, ma foi, n'est pas vilain :)
Une carte de Nowell.....
Qui s'en vient à grands pas.

Les Réflecteurs a dit…

@Laluna
Tout est dans le boxer....
Je pensais avoir l'opportunité de faire encore bien mieux, mais avec le froid de canard qu'il faisait, à un moment, je me suis dit "me..de" si je reste 2 minutes de plus, je choppe les hémoroides!!!
Alors ça donne deux photos.
:P
La prochaine fois, je me garde un "suit" de ski doo roulé bien serré dans les poches...
;)

Solange a dit…

Les photos sont vraiment bien réussis. Il y a aussi des petits plaisir à l'automne c'est vrai.