08 novembre 2012

Un battement d'ailes...

Je ne sais pas c'est de qui, mais je trouve ça magnifique!

Si un battement d’ailes d’un papillon dans le pacifique peut faire naître un cyclone dans l’atlantique, que peut-il découler des tremblements de terre un peu partout sur la planète?
Est-ce que ces tremblements sous la terre et la mer jouent dans notre équilibre intérieur?
Il se passe tellement de choses en ce moment dans la vie des gens qui m’entourent. Des crises d’identités, des coups d’amour qui ne veulent pas mourir, des recherches de sens, des gens aimés qui sont malades, vieux, tremblants et apeurés.
S’il y a des états qu’on ne doit qu’accepter parce que la vie est ainsi faite, il y a des quêtes plus difficiles.

·  Comment faire pour ne pas sombrer dans la grisaille des amours  impossibles?
·  Comment faire pour croire qu’une relation peut être possible, même si c’est beau et simple pour une fois!
·  Comment faire pour se sentir séduisant et vivant avec la même personne qui boit son café avec nous le matin?
·   Comment faire pour aller travailler tous les matins, en se sentant fier et heureux de participer activement à la vie sociétale, même si ce travail ne répond à rien des rêves évoqués plus jeune?
·   Comment faire pour garder une relation vivante et excitante à long terme?
·   Comment faire pour trouver une personne qui nous tiendra enfin la main, à l’âge où les autres se préparent à être grands-parents?
·   Comment faire pour sortir du célibat qui a été notre mode de vie depuis toujours?
·   Comment faire pour se sentir beaux dans ce corps qui ne répond pas à ce qui définit la beauté, aujourd’hui?
· Comment faire pour surmonter cette fatigue lancinante des nouveaux parents?
·   Comment faire pour accepter que l’on vieillisse?
  
Chacun sa quête. J’entends et je constate ce qui remue mes amis.
Je ne peux rien faire d’autre que de lire, d’écouter et de rire quand c’est drôle. J’évite d’ajouter mes larmes aux leurs, même si parfois elles montent à mes yeux.
Je connais suffisamment la lourdeur d’une larme, pour comprendre que les miennes ne feraient qu’ajouter du poids sur leur balance, ce qui semble déjà bien lourd!
Si la terre ne cesse de trembler, si on ne cesse de vieillir, se mettre en couple, se séparer, si les papillons ne cessent de battre leurs ailes, c’est que la vie est ainsi faite. Mais je voudrais que cet automne soit doux et je constate qu’il est rempli de tempêtes. Je peux y mettre mes sourires, de la couleur, mais je dois aussi apprendre à vivre avec le temps qui passe et le temps qu’il fait. Il fait un temps de crises et de remises en questions. Soit. J’accepte.
Mais pas un soir, je me couche sans me demander ce qu’il y avait de beau ou de merveilleux dans la journée qui vient de passer. Une façon à moi de me prémunir contre les tremblements sous et sur la terre. 
Une façon bien à moi de battre des ailes afin de faire souffler le vent doux, si le papillon peut avoir autant d'incidence en battant des ailes, je peux faire une différence aussi. N'est-ce pas?
Et vous, ça va comment la vie?



6 commentaires:

Marico a dit…

Là, c'est à ton tour de me faire du bien. J'aime ce texte du début à la fin. Un pur bijou. Tiens, je me l'imprime et le pique sur mon mur juste à hauteur des yeux!
J'aurais voulu écrire: "Une façon bien à moi de battre des ailes afin de faire souffler le vent doux, si le papillon peut avoir autant d'incidence en battant des ailes, je peux faire une différence aussi. N'est-ce pas?" Mais tu l'as fait pour moi et pour d'autres. Un gros merci La Luna! ;-)

Laluna a dit…

C'est fou hein?
Parfois j'ai la naïveté que je peux faire une réelle différence dans la société et parfois je me sens si démunie et dépassée!
Je suis heureuse de voir que mes mots t'ont touché.
Que ça vienne de toi, je trouve ça très valorisant, parce que te lire est souvent pour moi, comme un miroir, mais en plus calme, plus assumée... plus mature.
Merci de passer ici!

Michèle a dit…

Comme il est bon de te lire. ça brasse un peu partout autour de moi et chez moi aussi. On dirait que novembre engendre son lot de remises en question, de chicotements, de déprimes....on se rend compte que les gens autour de nous sont fragiles et ont besoin de notre présence, de nos conseils, d'une oreille attentive, et c'est drôlement réciproque...

L'impulsive montréalaise a dit…

Oh ! oui, ton petit battement d'aile peut faire plein de différences. Pour toi, pour ceux qui t'entourent, pour nous qui te lisons et qui avons un petit sourire...

Laluna a dit…

Vous êtes tous très gentilles.
Vous faites de beaux battements vous aussi.
:)

Anonyme a dit…

Comme j’aime te lire! Ta bonté se manifeste dans chacun de tes textes. :)